logo mime automate statue
communication, entreprises, entreprise, mime, art, vente, vendre
Le mime Vincent Rubinfajer, chargé d'illustrer par sa pantomime la communication non verbale : "L'expression du visage et de tout le corps révèlent nos pensées et nos préoccupations intérieures. Apprendre à observer et à s'observer permet un meilleur contrôle des relations clientèle/commercial.

"Le Figaro - 27 juin 1994
Alors que Boyle a créé le spectacle, c'est à l'artiste mime Vincent Rubinfajer de le présenter. Ayant étudié 3 ans à l'école parisienne du maître mime Marcel Marceau, ce bruxellois de 28 ans a l'aptitute parfaite pour ce travail.
L’idée d’utiliser l’art du mime pour présenter un produit a permis à Rubinfajer de travailler pour de grandes entreprises telles que Bull, Hewlett-Packard, Générale de Banque, Levi’s et Renault.
V.R. : “ Il est possible de réaliser un spectacle de mime pour tous types de produits. Lors de ce spectacle-ci, j’ai créé un scénario qui transporte le public en dix minutes au travers 2000 ans d’histoire de la communication.”

Sibos Daily News - 8 septembre 1993
La troisième oreille selon Krauthammer
Elle permet de "voir" ce que le client ne dit pas grâce à l'examen de son comportement physique.

Trends Tendance - 10 juin 1993

titre presse communication
figaro : mime et communicaton
sibos : mime et communication
trends : communication en entreprises

La communication des entreprises et le mime

DU PAREIL AU MIME

Les statues vivantes, artistes de rue, ca- méléons, qui se fondent si bien dans le décor, sont de véritables athlètes d’en- durance. Vincent Rubinfajer, ancien élève du mime Marceau, en est un des plus célèbres exemples en Belgique.
La rue ? Pour lui, c’est un laboratoire où il tâte les réactions du public, où il rôde ses nouveaux spectacles.
Il n’a jamais vraiment eu besoin d’en passer par là pour vivre de son art et s’amuse, indulgent, des apprentis sorciers qui s’improvisent statues pour gagner de quoi vivre... «Ils mettent beaucoup de bonne volonté à rester immobiles, mais un clignement d’yeux, un petit geste leur échappent rapidement. Ils n’ont pas acquis la discipline. Ce n’est pas vraiment grave dans des lieux publics où le spectateur stationne environ deux minutes.» Après ses 1h30 de maquillage, Vincent est capable de ne pas bouger un poil pendant 3h. Sa maîtrise de lui-même, entretenue à coups de séance fitness et de yoga quotidiennes lui vaut d’ailleurs un succès fulgurant. Les boîtes d’événementiel se l’arrachent pour animer les soirées de leurs gros bonnets.
Sous cette musculature de marbre bat un cœur, un vrai: il se garde toujours du temps pour travailler avec le public qu’il préfère, les enfants. «Avec eux, je passe de la statue vivante au mime, ils sont très réactifs, j’adore répondre à leurs facéties.»

Metro - 19 juin 2008

Comme partout en France et en Europe, la troisième édition de la Nuit des musées a connu à Valenciennes un réel succès. Samedi au musée des Beaux-Arts, un large public a répondu présent à cette visite nocturne.

Ils ont été 1 858 à franchir samedi les portes pour découvrir l'exposition "Nord, terre de création" et les salles des collections permanentes dans une ambiance festive un peu magique et iréelle. Surréaliste comme cette statue vivante au drapé antique blanche comme le marbre, jetant des clins d'oeil à ses admirateurs, depuis son piedestal. Un numéro de mime très suivi.

La Voix du Nord - 22 mai 2007